Prix Mosaïque 2023

Les prix Mosaïque, anciennement les prix Reconnaissance, honorent des personnes diplômées de chacune des facultés et de l’École des sciences de la gestion pour leur engagement professionnel, l’incidence de leurs réalisations et leur rayonnement.

Lauréates et lauréats

Photo de Marie-José Auclair

Marie-José Auclair

(B.Sc. Biologie, 1978; M.Sc. Science de l’environnement, 1985)

Auteure et conseillère environnement, gouvernance durable et biodiversité

Biographie

Marie-José Auclair est titulaire d’un baccalauréat en biologie (1978) et d’une maitrise en science de l’environnement de l’Université du Québec à Montréal (1985).

Je suis très fière de la parution de mon livre, Le Québec au fil de l’eau, publié aux Éditions de L’Homme, avec le photographe Mathieu Dupuis, sur la beauté et la fragilité de cette ressource si précieuse. Aussi, le succès de Corridor appalachien, un organisme de conservation des milieux naturels pour la protection de la biodiversité dans le sud du Québec, auquel je ne suis jointe en 2003 et devenue présidente du conseil d’administration en 2007, me remplit toujours de joies et de reconnaissance. »

Biologiste, Marie-José Auclair œuvre en environnement depuis plus de 40 ans, dont 20 ans au sein d’Environnement Canada, où elle a notamment été conseillère en évaluation environnementale pour les instances fédérales et représenté le gouvernement fédéral au sein des comités d’environnement de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois. Elle a également été responsable de la production de divers documents d’information et de communication scientifique sur l’état de santé du Saint-Laurent, en vue notamment d’impliquer les communautés riveraines dans le cadre du Programme Zones d’intervention prioritaires (ZIP).

Madame Auclair a été commissaire additionnelle au Bureau d’audiences publiques sur l’environnement du Québec (BAPE) en 2004 et en 2005. Elle a effectué plusieurs mandats de consultation pour divers organismes, tels que Biosphère, Réseau environnement, Ouranos et le Conseil régional de l’Environnement du Centre-du-Québec (CRECQ).

Sa passion pour la photographie et sa soif de connaître d’autres cultures l’ont entraînée à travers le monde. En tant qu’auteure reporter, elle publie quatre ouvrages sur l’environnement et l’écotourisme chez des maisons d’édition québécoises et plus d’une cinquantaine d’articles dans des revues spécialisées sur le plein air, l’écotourisme et la biodiversité.

En 2021, elle fait le saut en politique municipale et devient conseillère pour la ville de Sutton en Estrie.

Marie-José Auclair s’est vu décerner plusieurs prix d’envergure durant sa carrière, comme la mention d’excellence émise par le Comité de direction régionale d’Environnement Canada en 1994, le Prix d’excellence décerné en 1996 lors du 25e anniversaire d’Environnement Canada et le prix du Chef de la fonction publique en 1998. Elle a également été nommée ambassadrice de la Faculté des sciences lors du 40e anniversaire de l’UQAM en 2010. En 2018, le certificat DES GENS D’ACTION lui est décerné par le naturaliste canadien de la Société Provancher d’histoire naturelle du Canada pour souligner la contribution significative de personnes impliquées dans la conservation de la nature.

Photo de François Avard

François Avard

(B.Ed. Enseignement du français langue première, 1996; certificat en création littéraire, 1991)

Auteur et scénariste

Biographie

« C’est cave, le monde! », de Dolorès Bougon. Ça résume assez (très) simplement ma vision du monde…»

François Avard détient un baccalauréat en enseignement du français langue première ainsi qu’un certificat en création littéraire de l’Université du Québec à Montréal.

Auteur et scénariste prolifique, au ton unique et largement récompensé par des prix Gémeaux et des prix Olivier, François Avard débute son parcours comme enseignant d’écriture humoristique à l’École nationale de l’humour, en 1992. La série Les Bougons, c’est aussi ça la vie!, diffusée à Radio-Canada de 2004 à 2006, dont il est le créateur et coauteur, révèle son talent au grand public.

Tout le monde veut travailler avec François Avard, car c’est un gage de succès! Il collabore ainsi aux scénarios de plusieurs séries télévisées, dont Les Beaux MalaisesCaméra Café, C.A, la Maison Bleue et il crée et scénarise la populaire série Le Bonheur. Il participe au script de nombreux Bye Bye et il est le scénariste de 12 saisons de Les Enfants de la télé. Au cinéma, il scénarise Ego Trip et coscénarise Le Mirage, Votez Bougon et Le Guide de la famille parfaite.

Véritable référence dans le milieu de l’humour, il travaille avec Martin Matte, Louis-José Houde, incluant ses animations de 16 galas de l’ADISQ, Les Morissette et Jean-François Mercier, pour ne nommer que ceux-là.

Également auteur, François Avard publie L’Esprit de bottine, Les Uniques, Le Dernier Continent, Pour de vrai, Bancs publics et Avard chronique.

Engagé, il est l’auteur des textes de Culture en péril, dénonçant les coupures en culture du gouvernement conservateur. Ses spectacles-bénéfices mobilisant le milieu de l’humour permettent de récolter près de 95 000 $ à la suite du tremblement de terre de 2010 en Haïti et plus de 100 000 $ dans le cadre de SOS Afrique pour lutter contre la famine dans la corne de l’Afrique.

Photo de Martin Gagnon

Martin Gagnon

(B.A.A., 1989)

Ex-Premier vice-président à la direction, Gestion de patrimoine, et ex-coprésident et cochef de la direction de la Financière Banque Nationale

Biographie

« Au-delà d’avoir livré les meilleurs résultats de l’industrie de la Gestion de Patrimoine au Canada au cours des dix dernières années, je suis particulièrement fier d’avoir bâti des équipes hautement performantes au fil des années et d’avoir développé le talent issu de nos universités québécoises pour assurer le leadership de demain. »

Martin Gagnon détient un baccalauréat en administration des affaires de l’Université du Québec à Montréal et un MBA en finance de Université de la Colombie-Britannique.

Administrateur d’expérience dans le domaine des marchés financiers et de la gestion de patrimoine, comptant plus de 30 ans d’expérience dans le domaine du secteur bancaire, de la gestion d’actifs et des sociétés de courtage, Martin Gagnon débute sa carrière à la Banque Nationale en 1987, où il devient quatre ans plus tard gestionnaire principal – Gestion actif/passif. Il joint par la suite Goldman Sachs Canada, à Toronto, à titre d’associé – Revenus fixes, et se hisse à la vice-présidence de la division américaine, à New York, en 1996. De retour à la Banque Nationale en 2003 à titre de cochef de la direction de la filiale Gestion de Placement Innocap, il devient en 2011 premier vice-président – Solution d’affaires aux intermédiaires, et enfin premier vice-président à la direction – Gestion de patrimoine, coprésident et cochef Financière Banque Nationale en 2016. Sous sa direction, ce secteur connait un essor important, il bâtit une équipe solide, consolidant davantage l’importance de ce groupe comme pilier clé de croissance pour la banque.

Martin Gagnon possède un large réseau de contacts internationaux couplé à une expérience du développement des affaires, incluant huit années passées à Wall Street. Il est reconnu pour son leadership et son expérience en gestion, pour ses compétences techniques en gestion de risques, en recherche, en développement de produits, en structure organisationnelle et en négociation.

Monsieur Gagnon a été administrateur à l’Institut de finance mathématique de Montréal, à la Chambre de commerce du Montréal Métropolitain ainsi qu’à l’Association des femmes en finance du Québec. Il a aussi été président de la Fondation de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal jusqu’à tout récemment et a été co-gouverneur de plusieurs campagnes de financement pour Centraide. Il a pris sa retraite de la Banque Nationale le 1er avril dernier.

Photo de Catherine Loubier

Catherine Loubier

(M.A. Science politique, 1996)

Conseillère et administratrice de sociétés

Biographie

« Je suis fière du fil conducteur de ma carrière qui a été de contribuer à la prospérité et au rayonnement du Québec et du Canada, notamment en soutenant nos entrepreneurs sur le marché américain, en défendant nos intérêts économiques et en ayant dirigé d’importants travaux visant à finaliser le contrat historique de vente d’hydroélectricité entre le Québec et New York. »

Catherine Loubier détient un baccalauréat et une maîtrise en science politique de l’Université du Québec à Montréal ainsi qu’un e-certificat de la Harvard Business School.

Elle débute sa carrière en 1996 en tant qu’adjointe au président, puis directrice du développement des affaires chez Groupe Vaugeois, entreprise qui a grandement contribué à faire de Montréal l’une des villes fortes en nouvelles technologies. En 2000, elle rejoint le Centre financier international de Montréal à titre de directrice de la planification stratégique. Elle occupe par la suite des postes clés dans le secteur privé, conseillant des chefs d’entreprise de divers secteurs.

C’est à compter de 2006 que Catherine Loubier rejoint les rangs du gouvernement fédéral dans l’équipe de tournée du premier ministre du Canada, puis directrice des communications du ministre Lawrence Cannon. En 2011, elle rejoint H+K Strategies à titre de vice-présidente des affaires corporatives et gouvernementales. De retour dans la sphère politique, elle est directrice de cabinet adjointe du ministre Denis Lebel et dès 2013, conseillère principale sur le Québec pour le premier ministre Harper. Après le changement de gouvernement à la fin de 2015, elle se joint à l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi en France comme directrice générale du bureau du président, puis comme directrice des communications mondiales. En 2018, elle devient consultante pour le secteur privé, avant d’être engagée la même année par l’actuel premier ministre du Québec, Francois Legault, pour diriger la transition de son nouveau gouvernement et agir à titre de directrice adjointe de son cabinet. Elle est nommée déléguée générale du Québec à New York en 2019, fonctions qu’elle occupe jusqu’en 2021. Dans ce rôle politique et commercial crucial, elle a dirigé d’importants travaux visant à finaliser le contrat d’hydroélectricité entre le Québec et l’État de New York et a été l’instigatrice du lancement d’une importante coalition binationale de voix en faveur du libre-échange, le North American Rebound.

Catherine Loubier est maintenant conseillère et administratrice de sociétés. Elle siège notamment au conseil d’administration de NanoXplore ainsi qu’au conseil d’administration du Conseil commercial canado-américain et au Conseil des relations canado-américaines.

Photo de Nathalie Maillé

Nathalie Maillé 

(B.A. Danse (enseignement), 1992)

Directrice générale et secrétaire générale
Conseil des arts de Montréal

Biographie

« Je suis particulièrement fière d’avoir réussi à doubler les moyens financiers pour les artistes au Conseil des arts de Montréal, tout en restant accessible et à proximité grâce à une équipe et des bénévoles reconnus, engagés, audacieux qui représentent la diversité montréalaise. »

Nathalie Maillé est diplômée en danse de l’Université du Québec à Montréal et en gestion des organismes culturels de HEC Montréal.

Elle débute sa carrière en 1991 comme enseignante en danse au Cégep Montmorency. Elle travaille tour à tour en éducation, comme enseignante, et dans le monde municipal, en tant que spécialiste culturelle.

C’est en 1998 que madame Maillé rejoint le Conseil des arts de Montréal (CAM), où elle occupe des postes à responsabilités croissantes. D’abord agente de développement, elle est ensuite nommée responsable de la diffusion, en 2001. En 2005, elle est promue directrice des programmes de tournées et de diversité, puis directrice générale adjointe, programmes et partenariats, en 2010. Elle est nommée directrice générale et secrétaire générale du CAM en 2013.

En tant que gestionnaire aguerrie dans le domaine des arts, Nathalie Maillé a une préoccupation constante à l’égard de la diversité, ayant contribué à l’avancement de l’équité en ce qui a trait à la reconnaissance de la contribution de la diversité culturelle dans les arts et de la relève artistique.

Elle a été présidente du Conseil d’administration de l’UQAM de 2018 à 2020 et elle est depuis 2019 membre du conseil d’administration de Tourisme Montréal. Enfin, elle est vice-présidente – IWF section Montréal de l’International Women’s Forum depuis 2022.

Photo de Michèle Ouimet

Michèle Ouimet

(M.A. Histoire, 1980)

Journaliste

Biographie

Michèle Ouimet est détentrice d’une maîtrise en histoire de l’Université du Québec à Montréal.

Journaliste de terrain courageuse et passionnée, Michèle Ouimet débute sa carrière comme recherchiste à Télé-Québec en 1983 puis à Radio-Canada à l’émission Le Point. Elle travaille avec le grand reporter Pierre Nadeau. Elle se joint comme journaliste à La Presse en 1989 et elle parcourt les zones les plus dangereuses du monde, couvrant l’Afghanistan, la guerre civile en Syrie, le Pakistan, l’Iran, la révolution en Égypte, les crises humanitaires et les catastrophes naturelles, notamment le génocide au Rwanda, le tsunami au Japon, le tremblement de terre en Haïti. Parallèlement à sa carrière sur le terrain, elle occupe tour à tour les rôles de chroniqueuse et d’éditorialiste au quotidien.

Madame Ouimet est l’autrice de plusieurs livres, dont Partir pour raconter, récit sur sa carrière de reporter internationale publié en 2019 après sa retraite de La Presse, en 2018. Elle publie également les romans La promesse, L’heure mauve et L’homme aux chats.

La remarquable carrière de madame Ouimet a été honorée et décorée à plusieurs reprises au cours des dernières années. Elle reçoit le prix Judith-Jasmin Hommage, de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec en 2019, le Prix de la chronique au Concours canadien de journalisme et partage avec Agnès Gruda le Prix international pour leur remarquable reportage sur les salafistes, militants islamistes en Libye, en Tunisie et en Syrie. Elle a également reçu le prix Michener pour son enquête sur les talibans en Afghanistan. En 2022, la Fondation pour le journalisme canadien lui décerne le prix Couronnement de carrière, en hommage à sa carrière intrépide et à son désir de raconter des histoires marquantes. L’Université de Montréal lui décerne l’Ordre du mérite, en 2022.

Enfin, Michèle Ouimet a été admise à l’Ordre du Canada et a été nommée chevalière de l’Ordre national du Québec.

Hugues Sweeney

(M.A. Communication (multimédia interactif), 2005)

Président, Thinkwell

Biographie

« Montréal est la capitale mondiale de la créativité numérique et je me sens profondément privilégié de faire partie de cette communauté magique.» 

Hugues Sweeney détient un baccalauréat en philosophie du Collège universitaire dominicain à Ottawa et une maîtrise en communication – multimédia interactif – de l’Université du Québec à Montréal.

Leader dans le secteur des technologies interactives, Hugues Sweeney produit des expériences interactives novatrices depuis plus de 20 ans. En 1999, il est embauché à Radio-Canada où il cofonde Bande à part, une plateforme radio et web mettant de l’avant la musique émergente. Il rejoint par la suite l’Office national du film du Canada (ONF) en 2009, comme producteur exécutif afin de démarrer la production interactive. Pendant cette période, les projets des studios interactifs de l’ONF sont récompensés par plus de 150 prix et nominations dans le monde, dont un Gemini Award et un Webby.

Depuis 2019, il est président du studio Thinkwell à Montréal, une entreprise de design internationale qui produit des expériences collectives et immersives pour des parcs thématiques, des musées, des espaces corporatifs et destinations touristiques de grande envergure.

Hugues Sweeney sait fédérer les forces, créer des ponts, tisser des réseaux et développer des partenariats durables basés sur la confiance et une volonté commune de s’élever. Son leadership a généré de multiples partenariats en Europe, en Amérique du Nord et en Amérique du Sud.

Profondément impliqué dans sa communauté, il a été président du Conseil d’administration de MUTEK, vice-président du Conseil des Arts de Montréal, coprésident de la Commission numérique de Culture Montréal et aujourd’hui coprésident de XN Québec, l’association des producteurs d’expériences numériques, qui regroupe plus de 150 studios. 

Consulter la liste des lauréates et lauréats des années antérieures